Les 5 règles d’or du journal interne

Un journal interne doit être pris au sérieux, il en va de la crédibilité de l’entreprise dans son ensemble. En s’appliquant à suivre à minima les 5 règles suivantes, votre journal sera une véritable opportunité pour tous. Sa crédibilité, sa cohérence et sa qualité seront garanties au fil du temps.

5 règles d'or du journal interne

Impliquer tous les collaborateurs

Le journal interne doit être représentatif de la vie de l’entreprise. Chaque numéro doit mettre en avant et valoriser des salariés de tous niveaux hiérarchiques et issus d’équipes différentes.

La plus grande erreur serait de ne diffuser que l’information descendante de la direction : il serait rapidement ignoré comme un message de plus « déconnecté du terrain ».

Pour rendre le journal interne plus proche des collaborateurs, il est même envisageable d’y intégrer des informations extra-professionnelles : agenda proposé par le CE, zoom sur un talent caché d’un collaborateur, rencontre interservices, la photo du mois …

 

Définissez vos objectifs et restez cohérents

Surtout ne vous jetez pas à corps perdu dans la rédaction d’un journal interne sans avoir déterminé votre ligne éditoriale.

Les sujets abordés et le ton employé doivent être professionnels, cohérents et compréhensibles de tous et répondre à des objectifs et une ligne éditoriale définis.

Ce travail de préparation est indispensable pour conserver cohérence et crédibilité dans la durée. Il est indispensable d’impliquer la direction lors de la phase de cadrage, de conception de la ligne éditoriale et de choix des sujets traités.

Selon les entreprises, la direction souhaitera faire une relecture de validation ou la déléguer au service communication.

 

Soyez aussi exigeants que pour votre communication externe

La communication interne est souvent reléguée au second plan, pourtant le journal interne est un exercice de style qui ne laisse pas droit à l’erreur. Vos collaborateurs sont vos premiers ambassadeurs, mais peuvent aussi être vos premiers détracteurs.

Un journal interne doit se voir allouer des ressources (temps et budget). Sous-estimer les ressources pourrait remettre en question la qualité du journal et risque d’essouffler la démarche rapidement.

Par exemple, pour un journal de 30 pages, il faut pouvoir dédier une personne à mi-temps pendant les deux mois avant sa sortie.

Il est recommandé de centraliser la rédaction ou au moins la relecture pour assurer la qualité. De même le journal interne doit avoir une cohérence visuelle et une mise en page claires, professionnelles et conviviales. En interne ou en externe, des compétences en graphisme sont indispensables pour garantir le meilleur résultat.

Un accompagnement externe d’une telle démarche vous permet de donner une véritable cohérence et de maîtriser l’image, tout en faisant un gain de temps considérable.

 

La régularité et les canaux de diffusion doivent être constants

Votre journal interne peut être diffusé en format numérique ou être imprimé.

  • L’envoi numérique a l’avantage d’être bon marché et de permettre d’atteindre l’ensemble des collaborateurs simultanément.
  • L’impression du journal (envoyé ou distribué) valorise la démarche et donne plus envie aux collaborateurs de le consulter. L’envoi postal engendre un coût supplémentaire, mais est une véritable opportunité de valoriser le salarié et l’entreprise auprès de sa famille.

Selon vos ressources disponibles et l’actualité de l’entreprise et le canal choisi, vous pourrez définir une fréquence de diffusion : mensuelle, trimestrielle ou biannuelle.

Plus la diffusion sera fréquente, plus l’information pourra suivre l’actualité de l’entreprise, dans le cas contraire l’information traitée devra être plus froide.

Un journal interne devient rapidement un rendez-vous attendu par l’ensemble des collaborateurs : garantir une régularité et un mode de diffusion est indispensable.

 

Ecoutez avant d’écrire et respectez la confidentialité

La rédaction d’un journal interne implique de se mettre à l’écoute, et à la recherche de sujets qui intéresseront et apporteront une valeur ajoutée aux lecteurs.

Les sujets doivent tenir compte de ce que les collaborateurs attendent. Dans le cas contraire, le journal interne pourrait être considéré comme un simple canal de communication descendante et perdre son potentiel.

Cependant, on ne peut pas non plus tout écrire dans un journal interne : certains sujets pourraient mettre en péril les actions du marketing ou de l’équipe commerciale. Choisissez de parler des succès et des personnes, plutôt que de stratégie, de projection ou de l’activité en cours.

 

 

Pour aller plus loin : découvrez nos services en communication et contactez-nous afin de déterminer quel type de journal interne peut correspondre le mieux à votre organisation ou à votre entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.